Plusieurs études ont été publiées sur le langage utilisé lors des appels d’urgence :

Interactional Trouble in Emergency Service Requests : A Problem of Frames, par Karen Tracy, dans Research on Language and Social Interaction, 1997, volume 30, n° 4, pages 315-343.

Emotion labor at 911 : A case study and theoretical critique, par Sarah J. Tracy et Karen Tracy,, dans Journal of applied communication research, 1998, volume 26, n° 4, page 390-411.

Rudeness at 911: Reconceptualizing Face and Face Attack, par Sarah J. Tracy et Karen Tracy, dans Human communication research,  Décembre 1998, volume 25, n° 2, pages 225 à 251.

The Nature of 911 Homicide Calls : Using 911 Homicide Calls to Identify Indicators of Innocence and Guilt, par Tracy Harpster, mémoire de maîtrise (Sciences) en criminologie, Université de Cincinnati, octobre 2006, 70 pages.

The discourse of distress : A narrative analysis of emergency calls to 911, par Alison Imbens-Bailey et Allyssa McCabe, dans Language & Communication, 2000, volume 20, pages 275-296.

La communication dans l’urgence – Les appels au secours téléphoniques, par Giolo Fele, dans Revue française de linguistique appliquée,  2006, Volume XI, n° 2, pages 33 à 51.

Le marquage épistémique du discours de l’appelant au 911 selon la nature de l’information donnée au répartiteur : accès à la représentation que se fait l’appelant de l’interaction, par Jessica Rioux-Turcotte, Présentation au 84e congrès de l’ACFAS, Montréal le 10 mai 2016, 17 pages.

Le souci de fiabilité de l’appelant au 9-1-1 : Description et fonctions interactionnelles du marquage épistémique, par Jessica Rioux-Turcotte, Mémoire de maîtrise (Lettres), communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières, septembre 2016, 146 pages.

La personne déclarée morte par l’appelant au service téléphonique d’urgence : une source de désalignement interactionnel, par Marty Laforest et Jessica Rioux-Turcotte, dans Communiquer, Revue de communication sociale et publique, 2016, n° 18, pages 65 à 83.